Eglise paroissiale Saint Jean-Baptiste

Saint Jean-Baptiste est la plus grande église de Corse. L’édifice a été construit de 1636 à 1666 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle

Classée Monuments historiques en l'an 2000

Eglise paroissiale Saint Jean-Baptiste - Agrandir l'image, .JPG 700Ko (fenêtre modale)
Eglise paroissiale Saint Jean-Baptiste© cità di bastia

En 1864, l’architecte bastiais Paul-Augustin Viale termina la façade de l’église qui était restée inachevée. Au cours de cette campagne de travaux furent construits le fronton triangulaire et le clocher de droite. Le clocher de gauche avait été érigé en 1810 par le maître maçon suisse Tomaso Quadri.

L’intérieur de l’église est richement décoré. On y remarque le maître-autel de marbre, commandé en 1693 à Gênes au sculpteur d’origine marseillaise Honoré Pellé. A gauche du maître-autel, on conserve le trône épiscopal de Monseigneur Matteo Guasco, natif de Bastia et dernier évêque de Sagone (en résidence à Calvi jusqu’à la Révolution).





La chaire à prêcher est la plus précieuse de Corse. Elle est en marbre blanc incrusté de diapre de Sicile, de jaune de Sienne et de vert de Polcevera. Commandée à Gênes en 1779, elle fut réalisée par les sculpteurs Gaetano et Gian Andrea Torre (père et fils). Expédiée démontée et en caisse, elle fut mise en place en 1781.


La tribune des grandes orgues est exceptionnelle. Construite en 1742 par le maître menuisier bastiais Giovan Battista Terrigo, ses galbes audacieux et ses dimensions imposantes évoquent la poupe d’un galion de l’époque baroque.

Les autels latéraux sont ornés de tableaux baroques, principalement de l’école génoise (Domenico Piola, Giovanni Raffaele Badaracco, Lorenzo De Ferrari).

Et aussi...

  • Cathédrale Sainte-Marie de l'Assomption

    La décoration, oeuvre de maîtres stucateurs et peintres du XVIIIe et du XIXe siècle, est enrichie par les dons généreux des évêques, curés, gouverneurs, en tableaux, statues, pièces d'orfèvrerie qui font de Sainte-Marie l'une des plus belles églises de Bastia.

  • Palais des Gouverneurs

    L’édifice primitif a été fondé par le gouverneur génois, Leonello Lomellini dès 1380. Il s’agissait d’une construction fortifiée, "la Bastia", qui a donné son nom à la ville.

  • Place Saint-Nicolas

    Longue de 280 mètres et large de 80, la place Saint-Nicolas tire son nom d’une église et d’un ancien Hôpital construits en ces lieux au Moyen Âge. Ces bâtiments ont été démolis en 1889, afin d’agrandir la place et prolonger le boulevard Paoli.

  • Pavillon des Nobles Douze

    Construit à partir de 1703 à l’emplacement de boutiques, le Pavillon des Nobles Douze était la résidence du représentant élu du "Deçà des monts" (l’actuelle Haute-Corse), délégué auprès du gouverneur génois.

  • Porte Louis XVI

    Autrefois seul accès de la Citadelle isolée dans ses murailles jusqu’au percement, en 1936, de la porte à tourelles devant la cathédrale, cette porte monumentale est restructurée et embellie dans le style néoclassique, sous le règne de Louis XVI, en 1775.

  • Oratoire de la confrérie de Sainte-Croix

    Dédié à l’Annonciation, l’oratoire de la confrérie de Sainte-Croix a été construit en 1543 sur un terrain appartenant à la basilique Saint-Jean-de-Latran, la cathédrale du pape. En 1600, l’édifice est reconstruit dans ses proportions actuelles.

  • Oratoire de la confrérie de l'Immaculée Conception

    La confrérie de l’Immaculée Conception fut fondée en 1588. L’édifice qui lui sert de chapelle a été achevé en 1609. Sa façade est agrémentée d’un portail baroque, daté de 1704, et d’un revêtement de plaques de marbre de Carrare, posées en 1858 et 1859.

  • Oratoire de la confrérie Saint-Roch

    La confrérie Saint Roch a été fondée en 1588. Elle est traditionnellement réservée aux adolescents de la paroisse de la ville basse. Une fois devenus adultes, ceux-ci doivent impérativement la quitter pour intégrer une autre confrérie de la ville.

  • Place Vincetti - Place d'Armes

    Un ravin débouchait autrefois sur le Porto Vecchio, l’ancien port du village aujourd’hui disparu de Belgodere, implanté au-dessus de Bastia.