Oratoire de la confrérie de l'Immaculée Conception

La confrérie de l’Immaculée Conception fut fondée en 1588. L’édifice qui lui sert de chapelle a été achevé en 1609. Sa façade est agrémentée d’un portail baroque, daté de 1704, et d’un revêtement de plaques de marbre de Carrare, posées en 1858 et 1859.

Oratoire de la Confrérie de l'Immaculée Conception - Agrandir l'image, .JPG 340Ko (fenêtre modale)
Oratoire de la Confrérie de l'Immaculée Conception© cità di bastia

A l’intérieur, les murs sont tendus de damas de soie et les pilastres sont recouverts de velours de Gênes. L’usage des parements textiles muraux dans les églises de Bastia est une tradition génoise, introduite par le gouverneur Filippo da Passano, dès 1589.

Le décor de la voûte date du XVIIe siècle. Il a été restauré et complété en 1855 par une équipe de peintres italiens, dirigée par le florentin Bernardo Francesco Sieni.

Le retable architecturé du maître-autel, à grandes colonnes monolithes, fut sculpté en 1624. La table d’autel fut refaite en 1763. Le tableau de l’autel a été réalisé en 1869 par le peintre Léon Olivié, d’après un modèle de Murillo.

La demi-lune d’argent qui orne le dernier gradin de l’autel est un chandelier que l’on n’utilisait que pour les grandes fêtes. Réalisée par l’orfèvre siennois Gaetano Macchi, en 1856-1857, elle est constituée de 6,5 kg d’argent.

Les autels latéraux en marbres polychromes ont été érigés en 1764. À droite, on peut voir un tableau peint sur bois (le portement de croix), datant du début du XVIe siècle. À gauche, une toile peinte en 1885 par le Bastiais Ange Varese représente saint Philippe Neri et saint François d’Assise aux pieds de saint Joseph.

Et aussi...

  • Cathédrale Sainte-Marie de l'Assomption

    La décoration, oeuvre de maîtres stucateurs et peintres du XVIIIe et du XIXe siècle, est enrichie par les dons généreux des évêques, curés, gouverneurs, en tableaux, statues, pièces d'orfèvrerie qui font de Sainte-Marie l'une des plus belles églises de Bastia.

  • Palais des Gouverneurs

    L’édifice primitif a été fondé par le gouverneur génois, Leonello Lomellini dès 1380. Il s’agissait d’une construction fortifiée, "la Bastia", qui a donné son nom à la ville.

  • Eglise paroissiale Saint Jean-Baptiste

    Saint Jean-Baptiste est la plus grande église de Corse. L’édifice a été construit de 1636 à 1666 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle

  • Pavillon des Nobles Douze

    Construit à partir de 1703 à l’emplacement de boutiques, le Pavillon des Nobles Douze était la résidence du représentant élu du "Deçà des monts" (l’actuelle Haute-Corse), délégué auprès du gouverneur génois.

  • Porte Louis XVI

    Autrefois seul accès de la Citadelle isolée dans ses murailles jusqu’au percement, en 1936, de la porte à tourelles devant la cathédrale, cette porte monumentale est restructurée et embellie dans le style néoclassique, sous le règne de Louis XVI, en 1775.

  • Oratoire de la confrérie de Sainte-Croix

    Dédié à l’Annonciation, l’oratoire de la confrérie de Sainte-Croix a été construit en 1543 sur un terrain appartenant à la basilique Saint-Jean-de-Latran, la cathédrale du pape. En 1600, l’édifice est reconstruit dans ses proportions actuelles.

  • Oratoire de la confrérie Saint-Roch

    La confrérie Saint Roch a été fondée en 1588. Elle est traditionnellement réservée aux adolescents de la paroisse de la ville basse. Une fois devenus adultes, ceux-ci doivent impérativement la quitter pour intégrer une autre confrérie de la ville.

  • Place Vincetti - Place d'Armes

    Un ravin débouchait autrefois sur le Porto Vecchio, l’ancien port du village aujourd’hui disparu de Belgodere, implanté au-dessus de Bastia.

  • Place Saint-Nicolas

    Longue de 280 mètres et large de 80, la place Saint-Nicolas tire son nom d’une église et d’un ancien Hôpital construits en ces lieux au Moyen Âge. Ces bâtiments ont été démolis en 1889, afin d’agrandir la place et prolonger le boulevard Paoli.