Oratoire de la confrérie Saint-Roch

La confrérie Saint Roch a été fondée en 1588. Elle est traditionnellement réservée aux adolescents de la paroisse de la ville basse. Une fois devenus adultes, ceux-ci doivent impérativement la quitter pour intégrer une autre confrérie de la ville.

Oratoire de la Confrérie Saint Roch - Agrandir l'image, .JPG 245Ko (fenêtre modale)
Oratoire de la Confrérie Saint Roch© cità di bastia
Oratoire de la Confrérie Saint Roch - Agrandir l'image, .JPG 611Ko (fenêtre modale)
Oratoire de la Confrérie Saint Roch© cità di bastia

L’oratoire primitif, trop petit, fut entièrement reconstruit en 1604. La façade a été redécorée au XIXe siècle, dans le style néoclassique, par l’architecte bastiais Jean-Louis Guasco. Quatre colonnes d’ordre toscan soutiennent un entablement, couronné d’un fronton triangulaire. Le grand portail en marbre blanc, surmonté de la coquille des pèlerins, est sculpté en 1860 par Giuseppe Bertolucci, marbrier bastiais d’origine toscane.

Le décor intérieur conserve l'ambiance de certains oratoires baroques de Ligurie dont les murs sont recouverts de damas de soie rouge et de lambris en noyer ciré.

 

Le retable architecturé du maître-autel, aux grandes colonnes monolithes, a été sculpté à Bastia en 1692 par le marbrier génois Domenico Saporito. La table d’autel et les gradins ont été entièrement refaits en 1798.

 

Le tableau du maître-autel, daté de 1626, est signé par le célèbre peintre florentin Giovanni Bilivert. Il représente saint Roch, saint Martin, sainte Catherine d’Alexandrie et saint Sébastien aux pieds de la Vierge à l’Enfant.

 

Dans la nef, deux niches vitrées contiennent des statues de procession en bois polychrome réalisées par le sculpteur Luigi Griscella. Celle de gauche figure saint Roch, celle de droite, datée de 1801, représente saint Sébastien.

Et aussi...

  • Cathédrale Sainte-Marie de l'Assomption

    La décoration, oeuvre de maîtres stucateurs et peintres du XVIIIe et du XIXe siècle, est enrichie par les dons généreux des évêques, curés, gouverneurs, en tableaux, statues, pièces d'orfèvrerie qui font de Sainte-Marie l'une des plus belles églises de Bastia.

  • Palais des Gouverneurs

    L’édifice primitif a été fondé par le gouverneur génois, Leonello Lomellini dès 1380. Il s’agissait d’une construction fortifiée, "la Bastia", qui a donné son nom à la ville.

  • Eglise paroissiale Saint Jean-Baptiste

    Saint Jean-Baptiste est la plus grande église de Corse. L’édifice a été construit de 1636 à 1666 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle

  • Pavillon des Nobles Douze

    Construit à partir de 1703 à l’emplacement de boutiques, le Pavillon des Nobles Douze était la résidence du représentant élu du "Deçà des monts" (l’actuelle Haute-Corse), délégué auprès du gouverneur génois.

  • Porte Louis XVI

    Autrefois seul accès de la Citadelle isolée dans ses murailles jusqu’au percement, en 1936, de la porte à tourelles devant la cathédrale, cette porte monumentale est restructurée et embellie dans le style néoclassique, sous le règne de Louis XVI, en 1775.

  • Oratoire de la confrérie de Sainte-Croix

    Dédié à l’Annonciation, l’oratoire de la confrérie de Sainte-Croix a été construit en 1543 sur un terrain appartenant à la basilique Saint-Jean-de-Latran, la cathédrale du pape. En 1600, l’édifice est reconstruit dans ses proportions actuelles.

  • Oratoire de la confrérie de l'Immaculée Conception

    La confrérie de l’Immaculée Conception fut fondée en 1588. L’édifice qui lui sert de chapelle a été achevé en 1609. Sa façade est agrémentée d’un portail baroque, daté de 1704, et d’un revêtement de plaques de marbre de Carrare, posées en 1858 et 1859.

  • Place Saint-Nicolas

    Longue de 280 mètres et large de 80, la place Saint-Nicolas tire son nom d’une église et d’un ancien Hôpital construits en ces lieux au Moyen Âge. Ces bâtiments ont été démolis en 1889, afin d’agrandir la place et prolonger le boulevard Paoli.

  • Place Vincetti - Place d'Armes

    Un ravin débouchait autrefois sur le Porto Vecchio, l’ancien port du village aujourd’hui disparu de Belgodere, implanté au-dessus de Bastia.