U Merre

Le Maire de Bastia comme dans toutes les communes de France est l’unique administrateur de la commune et est investi du pouvoir exécutif des décisions prises par le conseil municipal. Depuis le 7 janvier 2016, Pierre Savelli est le Maire de Bastia.

Pierre Savelli - Agrandir l'image, .JPG 702Ko (fenêtre modale)
Pierre Savelli© ritA Scaglia

U Merre - Le Maire Pierre Savelli

Pierre Savelli est né en 1959 à Bastia. Il fréquente l'école de Toga (actuellement école Georges Charpak), le Vieux-Lycée (actuellement collège Simon Vinciguerra) et le Lycée Marbeuf (actuellement Lycée Jean Nicoli).

Il continue son parcours de formation à la faculté de Marseille et devient kinésithérapeute et ostéopathe. 

Son engament politique commence avec sa participation à la création d' l'Unione di i Liceani Corsi. 

Il sera ensuite candidat aux élections territoriales et cantonales de 1992 au nom du MPA. 

En 2001, avec Gilles Simeoni notamment, il est candidat aux élections municipales de Bastia sur la liste de Marie-Jean Vinciguerra. Puis en 2008 sur la liste Inseme per Bastia portée par Gilles Simeoni. 

Elu en 2014 sur la liste Inseme per Bastia, il devient donc conseiller municipal, Adjoint au Maire en charge du domaine public. 

L'élection de Gilles Simeoni à la fonction de Président du Conseil Exécutif de Corse provoque l'organisation de l'élection d'un nouveau Maire de Bastia. Candidat de la majorité municipale, Pierre Savelli est élu le 7 janvier 2016, Maire de Bastia. 

Discours de Pierre SAVELLI
Maire de Bastia
Le 7 janvier 2016

 

Chers Collègues,

Mesdames et Messieurs,

 

         Merci…. C’est évidemment un beau moment….

Vous imaginez bien que dans la vie d’un homme et d’un militant amoureux de sa ville ce jour est un moment de grande émotion et de fierté et je suis heureux de le partager avec vous.

Je vous remercie de votre confiance et espère honorer celle-ci en   essayant toujours d’être à la hauteur de la mission que vous m’assignez.

         Je ne peux m’empêcher de penser, alors que le passage de témoin symbolique se fait entre Gilles Simeoni et moi-même, que cette joie, cette fierté, représentent simplement la conviction de participer individuellement et collectivement à l’écriture d’une page de l’Histoire de Bastia, de la Corse et de son peuple…

L’émotion que nous partageons aujourd’hui fait écho à celle ressentie, en mars 2014,  après la Victoire tant espérée, une émotion faite de sourires, de larmes et de chants, lesquels traduisaient, dans une même ferveur, l’immense responsabilité que les Bastiaises et les Bastiais nous ont confiée.

Cette victoire a été celle d’une majorité municipale soudée et que 20 mois de travail collectif ont permis d’éprouver.

Avec toi Emmanuelle, avec toi Jean-Louis et avec l’ensemble des adjoints et des conseillers municipaux  de la majorité nous avons construit le socle des projets, consolidé notre vision de Bastia, celle que nos concitoyens de tous bords et de toutes conditions nous ont chargés de mettre en œuvre.

Au soir de cette victoire, je disais à un certain nombre d’entre vous que, aussi belle soit la victoire, aussi fort et complet soit notre programme, aussi claire et ambitieuse soit notre vision de Bastia, il y a et il y aura un objectif qui devra guider notre action : celui de contribuer, avec humilité et enthousiasme, à poursuivre l’entreprise d’émancipation de notre Ville, de l’ensemble de ses quartiers, de chacune et chacun de ses habitants.

Puis, il y a eu ce 13 décembre 2015, à peine vingt mois après la victoire de Bastia qui a confirmé la légitimité de notre démarche et renforcé notre conviction d’être sur le bon chemin. Ce véritable raz de marée démocratique que la Corse a connu, nous tous, Bastiais, nous pouvons être heureux et fiers d’en avoir été les initiateurs.

 

Un homme a réussi à incarner cette démarche,

un homme a réussi à porter nos espoirs sur ses épaules,

un homme a su nous convaincre que la raison était nôtre, que nous nous devions de persévérer sur le fond et sur le projet.

         Parce qu’il sait que rien n’est simple,

         parce qu’il sait que chacun d’entre nous, dans la diversité de nos opinions et de nos options politiques, est amené à être respecté quand nous participons de cet effort collectif d’émancipation,

         parce qu’il sait écouter et surtout entendre,

         et parce qu’il a cette incroyable aptitude à l’empathie qui lui permet de comprendre la société dans laquelle il évolue,

         cet homme a réussi, le 13 décembre 2015, à faire gagner Bastia, sa Ville, à faire gagner la Corse et surtout à faire en sorte que tout un Peuple soit placé dans les conditions de construire, enfin, un pays, fait de Paix et de prospérité.

Cet homme, chers collègues, Mesdames et Messieurs, je voudrais en votre nom à tous lui dire « merci, merci Gilles !».

         Sans jamais s’éloigner de la ville qu’il chérit tant, le désormais Président du Conseil exécutif de la Corse, mais aussi conseiller municipal de Bastia, sera un interlocuteur attentif, passionné et présent quand nous aurons à discuter avec lui des projets qu’il a personnellement portés et défendus jusqu’à maintenant.

         Nous aurons l’impérieuse obligation de ne pas baisser les bras, et de poursuivre avec la même opiniâtreté, dans la voie qu’il a contribué à tracer.

U duvere hè tamantu, a nostra responsabilità hè maiò, ma incù a nostra forza cullettiva, u nostru impegnu d’ogni ghjornu, a participazione di a ghjente di Bastia, simu nant’à strada d’una sucetà nova.

Pour ma part, l’exercice des responsabilités qui m’avaient été confiées en tant qu’adjoint jusqu’à ce soir, m’a conforté dans l’idée que seuls le travail quotidien, la présence sur le terrain au plus près des Bastiaises et des Bastiais mais aussi l’écoute et l’appui indéfectible des services sont susceptibles de nous conduire au succès.

Les vingt mois écoulés ont été pour moi ceux de l’apprentissage et de la prise de conscience à la fois des difficultés des administrés mais aussi de celles et ceux, militants politiques, militants associatifs, militants syndicaux qui œuvrent dans l’ombre, pour l’intérêt général.

Je m’appuierai donc sur cette expérience et la certitude que les aspirations des Bastiais à poursuivre sur la voie du changement restent intactes.

Je sais également que je serai épaulé par la majorité municipale, forte de sa diversité et de ses compétences. Je sais pouvoir compter sur elle pour m’aider dans cette formidable aventure.

Je sais aussi, pour les avoir côtoyés pendant de longs mois, que je pourrai m’appuyer sur les agents municipaux avec lesquels nous avons travaillé d’arrache-pied et dont j’ai pu apprécier les compétences, l’intégrité, la disponibilité et l’investissement sans faille.

Et, je ne l’oublie pas, je sais aussi que je pourrai compter sur une opposition tenace, sans concession parce que dans son rôle, et qui nous servira d’aiguillon et apportera sans aucun doute sa pierre à l’édifice.

Je formule simplement le vœu que l’exercice vital de la démocratie au travers notamment des échanges entre majorité et opposition se déroule toujours dans la sérénité et la loyauté.

Je sais enfin que je pourrai compter sur l’ensemble des Bastiais, notamment ceux qui se sont déjà engagés dans les conseils de quartier pour construire le Bastia que nous désirons.

 

La Liberté, la Démocratie, le Progrès n’ont jamais été chose facile.

Nous trébuchons parfois ;

nous commettons des erreurs ;

nous nous sentons contrariés ou découragés.

Ma dapoi 20 mesi, tenimu à mente u nostru scopu, simu arritti è purtemu in core di Bastia, l’emancipazione è u sviluppu.

Pour créer, renforcer et élargir les possibilités de la réussite personnelle ;

pour libérer les individus de l’assistanat et de l’exclusion ;

pour promouvoir la justice sociale, l’équité devant la chose publique, afin que les mots couchés sur le papier deviennent réalité pour chaque Bastiais.

Le Bastia que nous construisons pour nos enfants, ce Bastia que je veux dynamique, où le travail honnête est une valeur fondamentale et où les communautés de vie sont solides ; où la prospérité est la plus largement partagée et où les chances de réussir offertes à tous, nous mènent aussi loin que nos idéaux et notre labeur peuvent nous porter, ce Bastia-là nous avons commencé à le construire ensemble.

Rien de tout cela n’est facile. Pourtant, si nous travaillons ensemble, si nous faisons appel au meilleur de nous-mêmes, je sais que ce Bastia-là est à notre portée.

Les pieds fermement plantés sur terre aujourd’hui, mais les yeux tournés vers l’horizon de demain.

Simu inseme sottu à un mottu chjaru è impastatu di un sensu impurtantissimu : nihil difficile. Hè u mottu di a nostra cità, è noi vulemu fà ch’ellu sia u mottu di tutt’ognunu.

Sè n’avemu a brama,

sè n’avemu u vulè,

sè ne simu sicuri,

allora cusì feremu u Bastia è a Corsica di dumane pè tutte è pè tutti.

Vi pregu, di core, à tutte è à tutti, a Pace è a Salute, a Gioia è u Benestà.