Bâtiments

La Ville assure l’entretien et la mise en valeur de ses bâtiments patrimoniaux au premier rang desquels figurent les remarquables églises qui sont situées sur son territoire et dont la construction est antérieure à la loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Sant Angelo - Agrandir l'image, .JPG 619Ko (fenêtre modale)
Saint Angelo

Ces édifices et leurs décors, de style baroque ou néoclassique, illustrent le dynamisme artistique de la ville et sa richesse. L’étude systématique de ces bâtiments a permis la création d’une collection de monographies en vente à la boutique du musée municipal d’art et d’histoire. 

La ville est par ailleurs propriétaire de bâtiments civils remarquables dont elle assure la valorisation et l’entretien. Parmis eux : le Palais Caraffa, demeure notable dont la partie la plus ancienne remonte au 17e siècle, le couvent sant’Angelo (fondé en1612) ou la mairie située place du Marché (1872-1877).

Elle inventorie et documente les bâtiments dont l’architecture, l’histoire ou les décors présentent un intérêt particulier. Il peut s’agir d’édifices privés ou publics, qu’ils soient civils, militaires ou religieux. 

Le fruit de ce travail a permis la réalisation d’un parcours patrimonial qui présentera à terme 70 édifices remarquables. La plupart d’entre eux bénéficient déjà d’un panneau signalétique détaillé multilingue.  

La politique de la ville dans le domaine du patrimoine lui permet de se prévaloir du label Ville d’art et d’histoire depuis 2000.  

dans la rubrique

Dans cette rubrique

  • Place Saint-Nicolas

    Longue de 280 mètres et large de 80, la place Saint-Nicolas tire son nom d’une église et d’un ancien Hôpital construits en ces lieux au Moyen Âge. Ces bâtiments ont été démolis en 1889, afin d’agrandir la place et prolonger le boulevard Paoli.

  • Place Vincetti - Place d'Armes

    Un ravin débouchait autrefois sur le Porto Vecchio, l’ancien port du village aujourd’hui disparu de Belgodere, implanté au-dessus de Bastia.

  • Oratoire de la confrérie de l'Immaculée Conception

    La confrérie de l’Immaculée Conception fut fondée en 1588. L’édifice qui lui sert de chapelle a été achevé en 1609. Sa façade est agrémentée d’un portail baroque, daté de 1704, et d’un revêtement de plaques de marbre de Carrare, posées en 1858 et 1859.

  • Oratoire de la confrérie de Sainte-Croix

    Dédié à l’Annonciation, l’oratoire de la confrérie de Sainte-Croix a été construit en 1543 sur un terrain appartenant à la basilique Saint-Jean-de-Latran, la cathédrale du pape. En 1600, l’édifice est reconstruit dans ses proportions actuelles.

  • Oratoire de la confrérie Saint-Roch

    La confrérie Saint Roch a été fondée en 1588. Elle est traditionnellement réservée aux adolescents de la paroisse de la ville basse. Une fois devenus adultes, ceux-ci doivent impérativement la quitter pour intégrer une autre confrérie de la ville.

  • Porte Louis XVI

    Autrefois seul accès de la Citadelle isolée dans ses murailles jusqu’au percement, en 1936, de la porte à tourelles devant la cathédrale, cette porte monumentale est restructurée et embellie dans le style néoclassique, sous le règne de Louis XVI, en 1775.

  • Eglise paroissiale Saint Jean-Baptiste

    Saint Jean-Baptiste est la plus grande église de Corse. L’édifice a été construit de 1636 à 1666 sur l’emplacement d’une ancienne chapelle

  • Pavillon des Nobles Douze

    Construit à partir de 1703 à l’emplacement de boutiques, le Pavillon des Nobles Douze était la résidence du représentant élu du "Deçà des monts" (l’actuelle Haute-Corse), délégué auprès du gouverneur génois.

  • Cathédrale Sainte-Marie de l'Assomption

    La décoration, oeuvre de maîtres stucateurs et peintres du XVIIIe et du XIXe siècle, est enrichie par les dons généreux des évêques, curés, gouverneurs, en tableaux, statues, pièces d'orfèvrerie qui font de Sainte-Marie l'une des plus belles églises de Bastia.

  • A Madunetta

    Statue de marbre blanc installée en 1671 sur le Mole du Vieux-Port

  • Palais des Gouverneurs

    L’édifice primitif a été fondé par le gouverneur génois, Leonello Lomellini dès 1380. Il s’agissait d’une construction fortifiée, "la Bastia", qui a donné son nom à la ville.