Maisons historiques de la Citadelle

- Agrandir l'image, .JPG 1.3Mo (fenêtre modale)

 

Maisons historiques de la Citadelle

L’Association de défense de notre Quartier, “La Citadelle”, créée voilà près de 45 ans, a souhaité apporter sa contribution à l’Exposition Corsica genovese, enmettant en valeur certaines maisons historiques et les familles qui les ont illustrées. Huit demeures ont été retenues, celles qui bordent la place du Donjon et son prolongement vers la mer, la rue de la Chjappa,où se tenait le premier marché aux denrées de Bastia (achjappa signifie la dalle plate sur laquelle était étalée la marchandise).Ces oriflammes aux armoiries de leurs familles devaient orner chaque façade, mais c'était sans compter avec la puissance duvent qui les a déchirés au premier souffle, dès qu'ils furent posés.


Le hasard a voulu qu’une parité parfaite régnât dans l’originede ces huit familles de notables bastiais : quatre sontd'extraction génoise ou ligure, Ceporina, Montaguti,Tagliacarne, Zerbi, les quatre autres sont d'ascendance corse,Cànari, Cristofini, Luri, Morelli. Cela illustre à merveillel'imbrication des deux ethnies et bat en brèche l'idée souventrépandue que la Citadelle a longtemps été un quartier habitéuniquement par des Génois.Les huit familles représentées ici ont toutes eu un rôleimportant dans la vie de la cité : cinq lui ont fourni à denombreuses reprises ses premiers magistrats, les podestats,les autres ont donné un chancelier du Royaume et de trèsnombreux dignitaires de l’Église. Elles ont eu également uneaction déterminante dans le développement économique deBastia l'industrieuse : leur ascension sociale s’est faite à la foissur les carrières militaires, juridiques, ecclésiastiques et sur lecommerce, l’agriculture ou la pêche.


Cela nous conduit à évoquer la question, souvent posée et malcomprise, de la particule nobiliaire. Que la noblesse corse fûtd'origine locale – féodale, caporalice – ou pisane et génoise, possibilité lui fut donnée, lorsque la Corse fut rattachée à la France en 1769, de se faire reconnaître par la nouvelle instance gouvernante. Il fallait produire pour cela, devant les magistrats du Conseil Supérieur de la Corse, des preuves de noblesse remontant au delà de 200 ans. Cela impliquait deposséder des documents et une certaine fortune. Ce n'était pas le cas de tous les nobles corses et Dieu sait s'ils étaient nombreux ! Exit donc pour ceux-là la reconnaissance de noblesse. Il y eut également le cas des familles, très nombreuses, non intéressées par cette demande. Ainsi du 22 février 1771 (les Buttafoco, de U Viscuvatu) au 8 mai 1788 (les Monti Rossi, de Palasca), 95 familles corses furent reconnues nobles par les rois de France Louis XV et Louis XVI, et non pas “anoblies”, comme on l’entend dire fréquemment.

Certaines familles firent alors précéder leur nom de la particule, d'autres non. Nous avons ainsi les familles de Caraffa, de Matra ou de Petriconi à côté des familles Marengo, Morelli, Pruno ou Tomei, dont la noblesse a été également reconnue par le même Conseil Supérieur.

Case Stòriche di Terranova

L’Associu di difesa di u nostru Quartieru, A Citatella, creatu guasi quarantacinqu'anni fà, hà vulsutu cuntribuì à a Mostra Corsica ghjenuvese, mettendu in risaltu certe case stòriche cù e famiglie chì li dètenu spiccu.

Ottu palazzi, vale à dì casali, sò stati scelti, quelli chì sò à l'orlu di a Piazza di a Corte è di a Falata di A Chjappa, detta A Ripa. Quì ci era u primu mercatu di Bastia : a chjappa era a lastra, a petra piana, ind’ella si spunìa a mercanzia.

Ste bandere cù l’arme di e famiglie terranuvacce duvìanu ornà ogni facciata ma e s'hà purtate via u primu ventu, tempu appese.

Hà vulsutu a sorte ch’ella ci fussi parità in l’orìgine di st'ottu famiglie di sgiò bastiacci : quattru sò di sterpa ghjenuvese o lìgure, Ceporina, Montaguti, Tagliacarne, Zerbi. E quattru altre sò di ceppu corsu : Cànari, Cristofini, Luri, Morelli. U fattu mostra l'imbuleghju veru di e duie etnìe è manda à caternu l'edea chì Terranova fussi solu pupulata da Ghjenuvesi.

L’ottu famiglie rapresentate quì anu avutu tutte un rollu maiò in a vita di a cità : cinque casate anu pruduttu più d'una volta i so primi magistrati, i pudestà, l’altre anu fattu un cancellieru di u Reame è numerosi dignitarii di a Chjesa. Anu avutu dinù un’azzione fundamentale in u sviluppu ecunòmicu di Bastia l’uparosa : a so ascensione suciale s’hè fatta cun e carriere di l'arme, di u dirittu, di u statu ecclesiàsticu è cù u cummerciu, l’agricultura è a pesca.

Stu fattu ci porta à ammintà quella di a particella di nubiltà, dumanda fatta spessu ma chì ùn riceve micca sempre una risposta chjara. Ch’ella fussi lucale – feudale, capuralina – pisana o ghjenuvese, pussibilità fù data à a classa nòbile corsa di fassi ricunnosce cum'è tale da a Francia quandu a Corsica fù annessa in u 1769. Ci vulia à pruduce, davanti à i magistrati di u Cunsigliu Superiore di a Corsica, prove di una nubiltà antica di più di duiecent'anni, ciò chì significava ducumenti è danaru. Ùn era u casu di tutti i nòbili corsi è èranu tanti ! È parechje famiglie ùn ebbenu mancu primura di fà accertà a so nubiltà.

Cusì chì da u 22 di ferraghju di u 1771 (Buttafoco, di U Viscuvatu) à l'8 maghju di u 1788 (Monti Rossi, di Palasca), novantacinque famiglie corse fùbbenu ricunnisciute da u rè di Francia, Luigi XVu poi Luigi XVIu cum’è essendu nòbili. Dimu bè ricunnisciute nòbili è micca “annubilite”, cum’ella si sente dì spessu. Certe famiglie mettinu a particella nanzu à a so casata, altre nò. Hè cusì ch'è no avemu à tempu e famiglie de Caraffa, de Matra o de Petriconi accantu à e famiglie Marengo, Morelli, Pruno o Tomei, tutte di nubiltà ricunnisciuta.