Les déplacements urbains

La mobilité urbaine ne peut plus, et ne doit plus être pensée comme jusqu’alors où le « tout automobile » était la règle. Aussi, cette évolution a pour conséquence un impact sur la manière de concevoir le système de transport urbain. C’est cette voie de réflexion qu’a choisi de suivre la municipalité en pensant la mobilité comme un élément constitutif du développement urbain et ce, à partir de la topologie de l’espace, du tissu social et économique. Aussi, la question du transport urbain pose avant tout la question de l’accessibilité des différents lieux de vie, dans une logique de durabilité et d’un « vivre ensemble » sans rupture de services publics.

- Agrandir l'image, .JPG 130Ko (fenêtre modale)
Schéma de l'Aldilonda et du Spassimare

© cità di bastia
- Agrandir l'image, .JPG 283Ko (fenêtre modale)
Parkings gratuits de Bastia

© cità di bastia

L’agglomération de Bastia se dote actuellement d’un Plan Global de Déplacement qui couvrira l’ensemble du Grand bassin bastiais. A partir d’un diagnostic clair sur la situation actuelle, il présente les atouts et faiblesses du système routier, des transports en commun ainsi que des parcs de stationnement. En mettant en évidence les pratiques des usagers, il met en avant la nécessité de reconsidérer les modes de déplacement et propose des solutions adaptées à la spécificité du territoire. Ce plan est une étape préalable et essentielle pour analyser les besoins de la population. Sans ces éléments, il est difficile aujourd’hui de construire un plan de mobilité durable fiable et efficace. Dans l’attente de ce document qui permettra à la municipalité de s’engager dans des actions fortes, nous avons d’ores et déjà avancé sur différents axes.

 

Les modes de déplacements doux accessibles à tous

 

Le Spassimare et l’Aldilonda, ainsi que les transversales qui vont venir s’y greffer pour rejoindre le centre-ville,  s’inscrivent parfaitement en ce sens. Il sera ainsi possible de « traverser » la ville du Sud au Nord et d’Est en Ouest, via des modes de déplacement doux, qu’ils soient pédestres ou sur engins non motorisés. La municipalité bastiaise a fait de la mobilité durable et non polluante une de ses priorités. En concertation avec les riverains des différents quartiers concernés, une extension des zones piétonnes est également en cours de réflexion, le tout dans une optique de redonner aux piétons toute leur place dans notre ville.

Par ailleurs, de très nombreux travaux ont été engagés pour faciliter l’accès à tous les espaces aux personnes à mobilité réduite.

 

Le stationnement

Quatre aires de stationnement ont été inaugurées depuis notre prise de fonction, soit près de 800 places. Une aire de stationnement en entrée Sud (Arinella), une en entrée Nord (Toga), une sur les hauteurs (Saint-Antoine) et une autre en centre-ville (Saint-François). Ainsi, que vous veniez du Cap, de Saint-Florent ou du Sud, une solution s’offre en entrée de ville. Un système de navettes régulier permet de rejoindre le centre-ville.

En plus du parking Gaudin qui offrira plus de 303 places aux bastiais, la municipalité a lancé de nombreuses études quant à l’implantation des futurs parkings. Cette étape était indispensable. La première phase du travail, effectuée par les Services de la Ville, a consisté à inventorier de façon très exhaustive tous les sites potentiels, selon des critères prédéfinis : coûts, faisabilité, propriété foncière, intermodalité, liaison piétonne, accessibilité… La seconde phase a conduit, quant à elle, à une identification des sites prioritaires résultant de la combinaison de trois critères prépondérants que sont : le ratio coût/rentabilité, la faisabilité technique dans un temps réduit, la compatibilité avec les orientations politiques de la Ville de Bastia.

La création d’aires de stationnement gratuits et le futur parking Gaudin, constituent une véritable respiration pour les bastiais mais nous ne sommes pas dupes pour autant : les habitants attendent des nouvelles solutions en matière de stationnement. C’est pourquoi nous n’avons pas perdu de vue notre programme et travaillons, à travers des études notamment, à l’implantation de nouvelles places en parking relais ou en parkings en silo. Si nous ne pouvons pas encore annoncer de projets concrets, nous espérons pouvoir le faire dès 2018.