Biodiversité/Biodiversità

Les crêtes de Bastia

Mis en ligne le

, .JPG 451Ko ()

Des espaces naturels classés en zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF).

Qu'est ce qu'une Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique ou ZNIEFF ?

Lancé en 1982, l'inventaire des Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) a pour objectif d'identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation. On distingue deux types de ZNIEFF :

  • les ZNIEFF de type I : secteurs de grand intérêt biologique ou écologique ;
  • les ZNIEFF de type II : grands ensembles naturels riches et peu modifiés, offrant des potentialités biologiques importantes.

Cet inventaire est devenu aujourd'hui un des éléments majeurs de la politique de protection de la nature.

Une ZNIEFF à Bastia

Les crêtes asylvatique de Bastia et du Cap Corse présente une remarquable biodiversité, avec plus d'une cinquantaine d'espèces patrimoniales (protégées, rares, menacées ou endémiques) dont 35 espèces végétales et 16 espèces animales. Ce qui leur vaut le statut de Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF).

En effet, on y trouve la ZNIEFF n°940004076 intitulée " Crêtes asylvatiques du Cap Corse " qui couvre une superficie totale de 6.387 ha et concerne 10 communes : Bastia, Barbaggio, Barrettali, Brando, Cagnano, Canari, Farinole, Luri, Meria et Morsiglia. Elle englobe la quasi-totalité de la crête centrale du Cap Corse. La limite sud de la ZNIEFF est identifiée par le col de Teghime (commune de Barbaggio) ; la limite septentrionale correspond à la Punta di Gulfidoni au nord du col de Santa Lucia (communes de Morsiglia et Meria).

Une écologie et une biodiversité remarquables

Les crêtes asylvatiques du Cap Corse représentent un système écologique singulier, avec une certaine homogénéité des milieux et des paysages rencontrés, et par sa richesse faunistique et floristique. Le paysage actuel de la ZNIEFF a été modelé par les feux, lui donnant une physionomie en mosaïque. Les incendies sont la principale si ce n'est la raison unique du caractère asylvatique des crêtes du Cap Corse. Avec le pâturage, les incendies entretiennent les milieux ouverts qui accueillent un cortège d'espèces dépendant de ces milieux.

La ZNIEFF est recouverte de maquis, fruticées, pelouses et milieux rupestres. Ces milieux naturels offrent des conditions biotiques et abiotiques favorables à une faune et une flore patrimoniales. Les milieux ouverts se maintiennent (1) par la récurrence du feu, (2) par le fait que dans les secteurs où les sols, dénudés après les incendies, ont été érodés, et (3) par le pâturage. Leur conservation actuel est bonne, les feux et le pâturage maintenant une mosaïque de milieux plus ou moins ouverts, favorables à la biodiversité.

La ZNIEFF " Crêtes asylvatiques du Cap Corse " comporte une faune et une flore classée comme déterminantes avec 25 espèces végétales, une colonie de reproduction de petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros), deux couples d'aigle royal (Aquila chrysaetos), et du lézard de Fitzinger (Algyroides fitzingeri). Au vue des connaissances actuelles nous considérons les espèces présentes en bon état de conservation. Bien que le feu maintienne les milieux ouverts et donc les espèces qui en dépendent, certaines espèces peuvent être éliminées par le feu (et auront des difficultés à revenir) et donc la biodiversité peut être affectée négativement par les incendies.

La ZNIEFF " Crêtes asylvatiques du Cap Corse " présente une fonction d'habitat pour les populations animales et végétales, notamment comme (i) corridor écologique, zone de passages, zone d'échanges et (ii) zone particulière liée à la reproduction. En effet, les crêtes et les cols sont des sites de déplacement pour la faune, soit en période migratoire pour l'avifaune, soit pour transiter d'une vallée à l'autre. Ces zones jouent ainsi un rôle de corridor écologique. Par ailleurs, nous avons enregistré la présence de deux couples reproducteurs certains ou probables d'aigle royal, avec les nids situés sur des zones rupestres de la ZNIEFF. La présence de cette espèce animale rupestre, et d'une flore rupestres patrimoniales (Brassica insularis par exemple) met en évidence l'intérêt fonctionnel des habitats rupestres de la ZNIEFF comme sites liés à la reproduction.

Actuellement, aucune menace de la conservation des espèces recensées sur la ZNIEFF n'est identifiée. Le passage du feu maintient les communautés végétales à un niveau d'équilibre entre leur dynamique et la fréquence des incendies. Un déséquilibre peut être néfaste aux habitats et aux espèces. Lorsque les feux sont trop fréquents, des changements notables peuvent apparaitre dans les populations ; certaines espèces pouvant disparaitre.