Centru Culturale Alb’oru


Le projet du centre culturel Alb’oru est initialement porté par les politiques de la Ville et s’inscrit dans un plan de requalification globale des quartiers Sud.

Préfiguré par la mission de lien social dès 2008 et des actions de médiation culturelles portées par la direction des affaires culturelles, le centre culturel a été inauguré en septembre 2015.

Tête de pont de la politique culturelle de la ville, au même titre que le théâtre municipal, l’ambition de ce lieu de culture, à la frontière du centre-ville et d’espaces plus urbains en voie de requalification, est à la fois de proposer une offre culturelle exigeante et diversifiée au cœur d’un quartier prioritaire mais également de rapprocher les entités bastiaises (centre-ville et quartiers périphériques), en travaillant sur les représentations et la valorisation de l’image du quartier. L’alb’oru trait d’union entre le centre-ville et les quartiers Sud, est un outil au service des habitants.

Parce qu’il y a une urgence à diffuser la culture dans des espaces nouveaux, la volonté politique est clairement de positionner  le centre culturel Alb’oru en tant que lieu de vie et laboratoire culturel.

Il ne s’agit pas d’affirmer que tout le monde doit pratiquer un art, que tout le monde doit venir au spectacle, il s’agit de produire les conditions pour que chacun et chacune puisse savoir que quelque chose peut exister de cette nature et que chacun et chacune puisse faire l’expérience d’une rencontre artistique et culturelle. Afin que chaque habitant(e) puisse se sentir concerné par la vie culturelle et artistique bastiaise, y participer si elle ou il le souhaite.

La culture comme espace de rencontre et lien social, pour faire société mais également transformer nos difficultés en récits partagés, et tenter de créer du sens dans des sociétés en délitement.

Le centre culturel axe son action autour d’un projet dédié aux familles et aux jeunes publics, autour d’une programmation musiques actuelles et humour, ainsi qu’autour de projets artistiques au long cours incluant la participation des habitants. La volonté est également de développer des projets hors les murs en lien avec les partenaires institutionnels et associatifs pour permettre la rencontre directe entre œuvres, artistes, publics et citoyens.

Le dynamisme du lieu repose en particulier sur les différentes entités qui le composent :

Salle de spectacle/Spettaculu vivu

La saison culturelle « Spettaculu Vivu » s’envisage comme une programmation unique sur deux lieux : le Théâtre Municipal et le Centre Culturel Alb’Oru.

Médiathèque, lecture publique, arts numériques

La  médiathèque intégrée au Centre Culturel de Lupino a remplacé l’ancienne bibliothèque annexe «  Le Petit Prince » qui occupait une surface très réduite de 76 m².

La médiathèque a  permis de valoriser, d’amplifier le travail déjà réalisé en matière de développement de la lecture publique engagé par la Ville.

La médiathèque a également des missions adaptées à l’environnement propre au quartier de Lupino, mais également en direction de toute la ville.

Point d’appui du réseau de lecture publique Bastiais dans ce quartier avec comme objectif majeur : le développement de la lecture et de l’action culturelle sous formes multiples, lecture et culture favorisant l’autonomie et l’insertion sociale.

Espace animation – médiation

Il est composé d’une salle de travail en groupe ou de réunion qui permet d’assurer des animations.

Les studios de répétition, soutien aux musiques actuelles

Le centre culturel est équipé de 4 studios de répétition qui permettent d’accueillir plusieurs groupes de musiques actuelles en simultané.

Pour ce faire, il est doté d’un animateur musiques actuelles qui a à sa charge un véritable projet d’animation du secteur et  d’accompagnement des groupes.

Une salle de pratiques artistiques permettant d’accueillir des ateliers, conférences, résidences d’artistes.


Cafétéria de l’Alb’Oru

Da manghjà | Partagez un café, un petit-déjeuner gourmand, un déjeuner sur le pouce ou encore un goûter décadent à la nouvelle Cafétéria du Centru Culturale Alb’Oru.

HORAIRES :
– Mardi au vendredi > 9h-18h 
– Samedi > 9h-12h
– 1er samedi du mois > 9h-16h

Il sera possible de se restaurer les soirs de spectacle et lors de tous les événements organisés au Centre Culturel.


Du 20 septembre au 28 octobre 2022 | « Portraits de mode » de Pacôme Bosq

Fils d’artistes, Pacôme étudie d’abord la sociologie dans les Universités de Nice et Montpellier. C’est en montant à Paris pour se spécialiser dans la communication, qu’il repère en 2017 dans un Kiosque à journaux, le dernier numéro du magazine Antidote, avec en couverture la belle Grace Hartzel shooté par l’illustre génie Ren Hang qui décédera peu de temps après. Animé par cette découverte artistique, il décroche quatre mois plus tard un stage au sein du magazine Antidote et fait ses premiers pas dans le monde de la mode.

D’abord styliste puis directeur artistique, il devient rapidement rédacteur en chef du magazine À PART Publications et dirige ses propres shootings en collaborant avec de nombreux photographes internationaux ainsi qu’avec la plupart des maisons de luxe.

Aujourd’hui, Pacôme continue a évoluer comme photographe et directeur artistique pour la presse magazine et consultant directeur en image et stratégie auprès de différentes maisons de mode. Cette exposition est rétrospective de la plupart de ses portraits.

« La mode comprend et anticipe les mouvements culturels et sociétaux, elle s’imprègne du monde qui l’entoure et de son époque, et en dégueule des tendances à travers une esthétique chargée des émotions du futur. Elle n’est pas un style de photo, c’est un regard «iconique», une gueule «blasée», une posture «vogue», un tissu – un œil – un objet «brillant» ou «pointu» un «grain», ou parfois juste un «sentiment». Ces portraits, entre tissus brillants et regards tranchants, découpent les clichés de la photo stérile produite en studio et destinée à vendre un produit, et replace les émotions au cœur de la photographie, medium artistique. »

Vernissage prévu le mardi 20 septembre à 18h à l’Alb’oru

Partager sur